Menu

Agenda

ESSEC Beaux-Arts en partenariat avec Noëlle Colin (E79) directrice de &co119, galerie/ librairie photo fortement liée à la photographie japonaise vous invitent à la première exposition personnelle en Europe du photographe Eiji Ohashi :

Roadside Lights
Les distributeurs automatiques japonais photographiés avec passion pendant 9 ans

en présence du photographe japonais :

Eiji OHASHI

Cette rencontre sera suivie d’un thé.

Samedi 9 Décembre de 15h30 à 17h00
Galerie &co119
119 rue Vieille du Temple
 75003 Paris

Une nuit de tempête, rentrant chez lui dans la neige et le blizzard, Eiji Ohashi ne put se diriger que grâce à la lumière des distributeurs automatiques de boissons qui ponctuaient sa route. Il se dit qu’elles brillaient pour lui.
De ce jour, il se mit à voyager dans tout le Japon, recherchant les distributeurs dans les lieux les plus improbables. Il se rendit compte que bien plus que de simples machines, ils étaient symboliques de la société japonaise.
Le Japon est probablement le pays où l’on trouve le plus de distributeurs automatiques. Il y en a à tous les coins de rue, dans le moindre village, et parfois au milieu de nul part.

 Les distributeurs automatiques contribuent très nettement à l’effort constant des japonais de rendre la vie plus pratique, plus facile. Cependant, ces machines, tout comme les hommes, doivent être rentables. Le photographe en fit la découverte en retournant dans un coin perdu qu’il avait photographié quelques mois auparavant. Une des deux machines qu’il avait vue lors de son premier passage avait disparue.

Les photographies de Ohashi remettent en cause les valeurs de la société japonaise. Il dit: “la mentalité sérieuse et très méthodique des japonais a été un facteur clef dans la prolifération des distributeurs automatiques, mais ces mêmes qualités contribuent dans le même temps à rendre la société japonaise oppressante et suffocante”, ou encore “Cette recherche se poursuit en permanence, mais nous n’avons pas besoin de ce degré de facilité pour vivre. Plutôt, nous devrions rechercher quel est le fondement du bonheur, maintenant que nous avons atteint un tel degré de confort.
Pour Ohashi, les distributeurs automatiques sont très ambigus. Alors qu’ils mettent en exergue les défaut de notre société, il dit: “Un des messages que je voudrais transmettre dans mon travail, est mon rêve d’un monde où chacun pourrait briller”. Finalement un peu comme les machines qu’il photographie avec tant de passion.

S'inscrire

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à vous proposer des services ou offres adaptés à vos centres d'intérêts et à réaliser des statistiques de visites. En savoir plus et paramétrer les cookies.

x