Menu

Kee-Yoon Kim (E09), humoriste : « La joie de faire rire m’a donné envie de changer de vie »

None © Renaud Cambuzat

Voilà 4 ans que Kee-Yoon Kim (E09) a quitté sa robe d’avocate pour devenir humoriste. Un succès sans appel : son second spectacle, Tropique du Panda, débute le 7 avril au Théâtre du Gymnase. 

ESSEC Alumni : Qu’est-ce qui a réveillé votre envie de jouer ?

Kee-Yoon Kim : Le déclic a eu lieu à l’époque où j’étais collaboratrice au sein du cabinet d’avocats Bredin Prat. J’ai été élue secrétaire de la Conférence, à l’issue du concours de la Conférence, organisé par le Barreau de Paris. Lors de mes discours, j’ai découvert la joie immense de faire rire des gens.

EA : Comment vous êtes-vous décidée à franchir le cap ?

K-Y. Kim : Je me suis dit que la vie était trop courte pour être petite et j’ai eu la chance d’être très soutenue par mon entourage. Les prises de risque de mes camarades de promotion, Renaud Cambuzat (E08), photographe de mode, Patrice Bonfy (E08) et Martial Valery (E08), tous deux entrepreneurs, m’ont beaucoup inspirée.

EA : Comment avez-vous procédé ?

K-Y. Kim : J’ai assisté à de nombreux spectacles avant de participer à ma première scène ouverte en 2013. Je me suis inscrite au concours d’humour organisé par le Festival de Montreux, et j’ai gagné ! J’ai aussi eu la chance de rencontrer Claudio Tagbo et Olivier de Benoist qui m’ont permis de faire leurs premières parties. Peu à peu les portes se sont ouvertes : le Grand Gala de l’Humour aux Folies Bergères, ma première télé pour La Scène sur Comédie Plus, plusieurs projets d’écriture… Jusqu’à mon premier one woman show, Jaune Bonbon, au Théâtre du Gymnase.  

EA : Tout semble être allé très vite…

K-Y. Kim : J’aime beaucoup cette phrase venue de la Silicon Valley : « When it’s pretty, it’s too late ». Très vite, j’ai essayé de me confronter à l’opinion des gens pour que l’amélioration soit continue en me disant « tant pis si c’est pas parfait ». Dès que j’avais 5 minutes de textes, j’allais les tester. En procédant pas à pas, on va au final assez vite. 

EA : Comment s’est passée votre première expérience en tête d’affiche ?

K-Y. Kim : Au début, j’avais très peur que les gens se moquent. Et j’ai finalement découvert une délicatesse et une bienveillance formidables autour de moi. Grande fierté ? Quand j’ai eu mon premier papier dans les Inrocks, ma mère m’a dit « Super. Papa ira l’acheter. Comment ça s’écrit ? »

EA : Le 7 avril prochain, ce sera la première de votre nouveau spectacle, Tropique du Panda. Pouvez-vous nous en dire plus sur son contenu ?

K-Y. Kim : Dans Tropique du Panda, je raconte comment je me suis retrouvée chez Sandra de Benoist (E04), kinésiologue, qui m’a expliqué que j’étais un homme dans un corps de femme, diagnostic qui m’a légèrement choquée. Je pars de cette expérience pour passer au crible des sujets qui me tiennent à cœur, tels que les mécanismes de défense névrotiques, les accords toltèques, mais aussi l’égalité, la recherche du bonheur et l’accomplissement de soi. Tout ça à la lumière de mon expérience d’ex-avocate, de mon changement de vie et de l’actualité.

EA : Quelles différences avec votre premier spectacle ?

K-Y. Kim : Tropique du Panda, c’est le spectacle de la maturité. Comme me disait l’autre jour Bernard, le gardien du zoo de Beauval.

 

2018 03 26 - Kee-Yoon Kim 2.jpg

 

EA : On vous a beaucoup vue dans les médias, notamment sur la question des droits des femmes. Êtes-vous une humoriste engagée ?

K-Y. Kim : Plutôt une humoriste « dégagée » je dirais, tel que défini par Pierre Desproges. Mais oui, j’essaie de faire passer 2-3 messages que m’inspire mon expérience personnelle. Message « féministe » notamment, dans la mesure où, à ma naissance, ma mère a été déçue de découvrir que j’étais une fille. Je rappelle aussi qu’il ne faut pas oublier, par exemple, qu’on va tous mourir un jour. Même ceux qui mangent bio et sans gluten.

EA : Quelle relation entretenez-vous avec votre public ?

K-Y. Kim : Mon envie de devenir humoriste vient de la joie fabuleuse que j’ai ressentie lorsque j’ai fait rire un public pour la première fois. C’est cette joie là qui m’a donné envie de changer de vie. Donc, le public : j’essaie d’en prendre soin et de lui montrer mon immense gratitude.

EA : Côté coulisses, comment s’y prend-on pour monter son propre spectacle ?

K-Y. Kim : « Learning by doing ». Plus largement, ma formation en école de commerce m’a beaucoup aidée – car un spectacle, c’est une véritable aventure entrepreneuriale : on démarche des théâtres, on sollicite son réseau, on fait de la communication… Mes amis de l’ESSEC qui travaillent dans la publicité m’ont beaucoup aidée dans ce domaine : Julien Levilain (E06), Maria Galleriu (E09), François Grouiller (E04)…

EA : Et sur le plan artistique, comment travaillez-vous ?

K-Y. Kim : J’écris, je teste sur mes amis, qui me disent quand c’est pas drôle, et proposent souvent eux-mêmes des blagues incroyables. Coucou Charles-Henry Glaise (E09). Pour ce nouveau spectacle, je suis accompagnée également par Samuel Doux, scénariste et metteur en scène ultra talentueux.

EA : Vivez-vous exclusivement de votre métier d’artiste ?

K-Y. Kim : Oui. Par chance, il se trouve, par ailleurs, que certaines marques ont trouvé mon parcours inspirant. Je me suis donc retrouvée « Sì Woman » pour Giorgio Armani et ambassadrice « True Match » pour L’Oréal Paris. C’est très flatteur.

EA : Avez-vous d’autres projets, en plus de votre nouveau spectacle ?

K-Y. Kim : Je développe depuis un an un projet de long-métrage que je co-écris avec Fanny Burdino et Mazarine Pingeot. Ca va être super. Je vous en dirai plus bientôt…

EA : Quels conseils donneriez-vous à un jeune ESSEC souhaitant suivre la même voie ?

K-Y. Kim : Je citerais cet immense philosophe qui a dit un jour : « Oublie que t’as aucune chance. Vas-y, fonce. On sait jamais, sur un malentendu ça peut marcher ».

 

Propos recueillis par Louis Armengaud Wurmser (E11)

 

Pour réserver vos places :

http://www.billetreduc.com/207848/evt.htm

 

En savoir plus :

www.keeyoon.tumblr.com
Instagram : @keeyoonjaunebonbon
Twitter : @keeyoon
Facebook : Kee-Yoon KIM

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies destinés à vous proposer des services ou offres adaptés à vos centres d'intérêts et à réaliser des statistiques de visites. En savoir plus et paramétrer les cookies.

x